mi


mi

mi [ mi ] n. m. inv.
XIIIe; 1re syllabe du mot mira dans l'hymne à saint Jean-Baptiste
Note de musique, cinquième degré de l'échelle fondamentale, troisième son de la gamme naturelle. Mi naturel, bémol, dièse. Dans la notation anglaise, mi est désigné par E . Ton correspondant. Concerto en mi majeur, en mi mineur. Cette note représentée. ⊗ HOM. Mie, mis, mye. 2. mille [ mil ] n. m.
XIIIe; de 1. mille
1Ancienne mesure de longueur, de distance. Mille romain : mille pas (1 481,5 m). — Ancienne mesure en usage dans de nombreux pays (France, Italie, Allemagne).
2(1580; francis. de l'angl. mile) Mod. Mille anglais (abrév. mi ), utilisé en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada. mile. « Quatre cents milles, en plein hiver, sans changer de cheval » (A. Hébert). Nombre d'habitants au mille carré.
Mille marin ou nautique : la 60e partie d'un degré de latitude, soit 1 852 m. Dixième de mille. encablure.

mi nom masculin invariable Note de musique, troisième degré de la gamme d'ut. ● mi (homonymes) nom masculin invariable mi- préfixe mie nom féminin mis forme conjuguée du verbe mettre mit forme conjuguée du verbe mettre mît forme conjuguée du verbe mettre m'y pronom personnel mye nom féminin

mi
n. m. MUS Troisième note de la gamme d' ut. Mi bécarre, mi bémol.
Signe qui la représente.

⇒MI, subst. masc.
MUS. Troisième note de la gamme naturelle majeure (gamme de do) dont elle est la médiante. Mi naturel, mi bémol. Ut! mi! sol! au détour du chemin, à l'entrée du village, ainsi chantaient les trois marteaux de la forge (ALAIN, Propos, 1909, p.68). Mon camarade (...) prête maintenant une oreille amusée au «phénomène vocal», une dame brune qui file des contre-mi presque insaisissables (COLETTE, Music-hall, 1913, pp.17-18). On peut continuer indéfiniment la tenue d'un la ou d'un mi, mais l'harmonie entre ces deux notes reste la même (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1938, p.220).
♦Tonalité dont la note mi constitue la tonique. Mi majeur (tonalité représentée par 4 dièses à la clef), mi mineur (représentée par 1 dièse à la clef), mi bémol majeur (représentée par 3 bémols à la clef), mi bémol mineur (représentée par 6 bémols à la clef) (d'apr. Mus. 1976, s.v. armature). J'ai relu (...) l'étude lente de Chopin en mi bémol mineur (GIDE, Journal, 1941, p.97). La messe à huit voix en mi mineur de Bruckner (POTIRON, Mus. église, 1945, p.18):
—. Le rationalisme du temps attribuait à chaque tonalité un caractère objectif; et il paraissait inadmissible qu'on employât, par exemple, le mi [it. ds le texte] majeur, pour une expression triste ou mélancolique. Il était réservé aux douces passions et aux femmes.
ROLLAND, Beethoven, t.1, 1937, p.190.
P. méton.
Signe qui représente la note mi sur la portée. (Dict. XIXe et XXe s.).
♦Corde d'un instrument qui donne le son de la note mi; corde qui donne la note la plus aiguë du violon (synon. chanterelle1); corde qui donne la note la plus basse de la contrebasse. Gros mi, petit mi d'une guitare. Première et dernière corde de la guitare à six cordes. La quatrième [barre de la guitare] se place triangulairement, le bout du côté des cordes argentées (...) et l'autre bout à cinq pouces (...) de la troisième barre, du côté du petit mi (MAIGNE, MAUGIN, Nouv. manuel luthier, 1929 [1869], p.243).
Prononc. et Orth.: [mi]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. Ca 1223 (GAUTIER DE COINCI, Miracles Vierge, éd. V. F. Koenig, 1Mir 11, 751). Syll. tirée arbitrairement par GUIDO D'AREZZO [995-1050] de Mira gestorum, dans l'hymne lat. de St Jean-Baptiste (cf.la). Fréq. abs. littér.: 286. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 254, b)357; XXe s.: a) 480, b) 519.

mi [mi] n. m. invar.
ÉTYM. XIIIe; première syllabe de mira dans l'hymne de saint Jean-Baptiste.
1 Mus. Troisième note de la gamme d'ut, cinquième degré de l'échelle fondamentale. || Mi naturel, bémol, dièse. || Gamme, ton de mi majeur, de mi mineur.
2 Signe qui représente cette note. || Écrire un mi sur la portée.
3 Corde d'un instrument qui donne le son de cette note. || Le mi du violon (chanterelle).
HOM. 1. Mie, 2. mie, mye; formes du v. mettre.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.